Appel à Candidatures/Call for Applications : Résidence d’écriture du Réseau des Jeunes Chercheurs du LabEx ICCA – édition 2023

22-26/05/2023

(English version below)

Le LabEx ICCA, en collaboration avec son réseau de jeunes chercheur·e·s, organise pour la cinquième année consécutive une résidence d’écriture de cinq jours. Le but de cette résidence est de fournir un environnement calme pour la rédaction d’articles ou de chapitres de thèse, d’obtenir des commentaires de la part de pairs, et d’aboutir à des versions les plus abouties possible des textes en question dans le temps imparti.

Notre objectif est de faciliter et de valoriser la collaboration entre les jeunes chercheur·e·s dans la production de recherches et dans la rédaction d’articles scientifiques. Dans un contexte favorable à l’interdisciplinarité et aux partenariats entre les universités, les laboratoires et les chercheur·e·s, le RJC souhaite créer un cadre propice à l’échange et au partage des compétences dans la production scientifique de ces jeunes chercheur·e·s.

Cette résidence s’adresse à tous les jeunes chercheur·e·s (quel que soit le degré d’avancement de leur recherche, même en début de thèse) souhaitant réaliser un projet d’article (seul ou en binôme) ou progresser dans la rédaction d’un chapitre de thèse. La principale condition est de travailler sur l’une des thématiques de recherche du LabEx ICCA :

1. Les nouvelles entreprises culturelles à l’heure du numérique

2. Le développement des industries culturelles dans les pays émergents

3. Les enjeux de l’indépendance

4. L’innovation et la médiation

5. L’économie et la sociologie de la notoriété

6. Les formats et contenus

7. Les industries culturelles et organismes non marchands (musées)

8. Les politiques publiques et régulation

Les journées seront organisées autour de la rédaction des articles/chapitres. Chacun·e sera invité·e en fin de journée à échanger sur l’état d’avancement de ses travaux, sur ses difficultés et ses questionnements méthodologiques, scientifiques ou rédactionnels. Cette phase collaborative permettra un retour critique des pairs ainsi qu’une réflexion sur les travaux de chacun·e. Pour permettre la bonne conduite de la résidence, l’inscription suppose la participation minimale aux 4 premiers jours (sur les 5 prévus).

Les candidat·e·s doivent envoyer un abstract d’article, accompagné d’une brève biographie à l’adresse rjc.labexicca@gmail.com avant le 27 Février 2023. L’abstract devra être d’environ 5 000 signes (hors bibliographie), décrire la question de recherche, la méthodologie utilisée, l’avancement du projet et l’objectif visé pour la période de résidence (finalisation d’un article ou d’un chapitre, etc.). Les abstracts seront examinés par les organisateur·ice·s.

Les participant·e·s seront informé·e·s de leur sélection fin Avril. Si vous avez des questions supplémentaires sur l’organisation de cette résidence, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse mentionnée ci-dessus. Les frais d’hébergement et de repas de la résidence seront pris en charge par les organisateur·ice·s. Cependant, les frais de transport seront à la charge des participant·e·s. La résidence devrait se dérouler dans le Berry, proche de Châteauroux, ville accessible en train Intercités.

Le comité d’organisation, Laurianne Trably, Antoine Larribeau, Arnaud Jooris, Quentin Gervasoni.

English version

For the fifth consecutive year, the LabEx ICCA, in collaboration with its network of young researchers (RJC), a writing residency, which will last five days. The purpose of this residency is to provide a quiet environment for the drafting of articles or thesis chapters, to obtain feedback from peers, and to achieve the most mature versions of the texts in question within the allotted time. Our goal is to facilitate and enhance collaboration between young researchers in the production of research and in the writing of scientific articles. In a context favorable to interdisciplinarity and partnerships between universities, research units and researchers, the RJC wishes to create a framework conducive to exchange and sharing of skills in the scientific production of these young researchers. This residency is open to all young researchers (whatever the level of advancement of their research, even at the beginning of their PhD program) wishing to undertake an article project (alone or in a pair) or to progress in the drafting of a thesis chapter. The main condition is to work on one of the research themes of the LabEx ICCA:

  1. New cultural firms in the digital age
  2. The development of cultural industries in emerging countries
  3. The challenges of independence in the cultural sector
  4. Innovation and mediation
  5. The economy and sociology of fame
  6. Formats and contents
  7. Cultural industries and non-profit organizations (museums)
  8. Public policies and regulation

The schelude will be organized around the drafting of articles/chapters. At the end of each day, each person will be invited to exchange on the progress of their work, on their difficulties and methodological, scientific or editorial questions. This collaborative phase will allow a critical feedback from peers as well as a reflection on the work of each person. To ensure the smooth running of the residency, registration implies a minimum participation of the first 4 days (out of 5 planned).

Candidates must send an article abstract, accompanied by a brief biography to the address rjc.labexicca@gmail.com before February 27, 2023. The abstract should be about 5,000 characters (excluding bibliography), describe the research question, the methodology used, the progress of the project and the goal aimed for the residency period (finalization of an article or chapter, etc.). The abstracts will be examined by the organizers. The participants will be informed of their selection by the end of April. If you have any additional questions about the organization of this residency, do not hesitate to contact us at the address mentioned above. The cost of accommodation and meals during the residency will be covered by the organizers. However, travel expenses will be the responsibility of the participants.

The organizational comittee : Laurianne Trably, Antoine Larribeau, Arnaud Jooris, Quentin Gervasoni.

Call for communications for the 6th study day of the Young Researchers Network of LabEx ICCA

Continuity of the notion of border
in the cultural and creative industries

La Plaine Saint-Denis and online: June 28th, 2023
Deadline for submission of proposals: March 10th, 2023
March 20th, 2023

Introduction

Social sciences may have difficulties reaching a consensus on the definition of border (Paquot and Lussault, 2012), however it can be conceptualized as the delimitation of a social space, in a symbolic sense, or a geographical region. Borders have two contrary effects of inclusion and exclusion: they bring elements together inside a space and exclude what stands outside it (Foucher, 2010).

The context of globalization, accompanied by a rapid development of digital technologies, results in questioning borders’ relevance, especially in regards to cultural and creative industries. At first glance, among cultural identities, creative spaces and artistic styles, it seems that our globalized and digital economy is making boundaries porous or even abolishing them. Coming from this realization, what are currently the forces at work in the reconfiguration of boundaries at the heart of cultural and creative industries? Are new ones being erected, while others are overtaken?

Digitalization on the one hand and globalized economy on the other hand are likely to favor the diffusion of cultural goods in geographical spaces, but also between social groups and individuals (Bouquillion, Miège and Moeglin, 2013). Legal and economic configurations are emerging to regulate the dissemination and circulation of cultural and informational goods which face new creative practices (Miège, 2014, 2017). This is the case of the digital commons and licenses associated with creative commons. Boundaries are also questioned between formats, as digital technology reinforces hybridization and transmedia phenomena. They are also blurred in regards to the role of market agents, when production, distribution and consumption practices become entangled, especially between users and artists on digital platforms (Bullich and Schmitt, 2019). The trajectory of cultural and artistic goods thus deserves to be questioned, highlighting the changes of symbolic and geographic boundaries.

Certain technologies make it possible to cross borders to create links from an individual stand (Cardon, 2010). A new public space can emerge from the development of platforms as well as networking (Beaud, 1987; Perriault, 2012). Conversely, certain objects are likely to exclude and separate: the digital is an example of a new social boarder that is being erected, preventing individuals from accessing part of the public space. Parallel to the dynamics of digitalization, alternative physical places also participate in the reconfiguration of borders. This is the case of coworking spaces, fablabs or third-places which bring together stakeholders from different backgrounds and various activities (Martin and Pereira, 2021; Lorre, 2021).

From an epistemological perspective, the notion of boarder structures and furthers the study of cultural and creative industries. Therefore, the reconfiguration of symbolic and geographical boundaries is likely to affect the way academic disciplines interrogate this sector. Globalization and digitalization of societies are changing and broadening perspectives as well as fields of enquiry: researchers can now rely in part on digital data while a globalized space can lead to the enlargement of certain research perimeters. In both cases, methodological challenges, particularly in terms of interdisciplinarity, are emerging for the human and social sciences studying the current evolution of these industries.

This study day, organized by Labex ICCA Young Researchers’ Network, proposes to engage in collective and interdisciplinary reflection on the reconfiguration of borders in a digital and globalized economy. The call is structured around three axes:

1) Borders in cultural and artistic creation
2) Borders in the circulation of cultural and artistic goods
3) Borders in research on cultural and creative industries

1) Borders in cultural and artistic creation

The recent transformations of the cultural and creative industries are disrupting the symbolic and aesthetic boundaries that are used to distinguish productions. From a socio-economic standpoint, and considering artistic hybridization and other possibilities offered by platforms, the questioning of borders has strong implications for the stakeholders of creation.

On the one hand, symbolic borders divide diverse spaces (artistic styles, prizes, festivals or networks of national and international artists), which enjoy different legitimacies according to the stakeholders of each sector. This valorization is critical for these industries where the products do not meet basic needs, having an essentially symbolic value (Benghozi, 2006). However, boundaries are likely to be crossed when styles are mixed between artistic expressions perceived as legitimate and non-legitimate (Lahire 2003). One example is Clément Cogitore’s 2019 staging of Jean-Philippe Rameau’s opera-ballet Les Indes Galantes: combining classical music and Krump dance, it brought urban culture into the Paris Opera (Opéra National de Paris, 2019). Therefore, borders can be crossed when creation and diffusion venues open up to new productions, whether institutional or non-institutional, like fringes (Lextrait and Bonnin, 2018). Outside of institutions, cultural spaces are emerging, intended to be ‘open’ to creators. For example: exhibitions spaces outside museums, alternative or ‘off’ stages within festivals (Vivant, 2007). Faced with these developments and the apparent overcoming of legitimizing boundaries, we question: what are the necessary mechanisms to achieve symbolic valorization within the cultural and creative industries? On a consumption level, do these transformations contribute to the diffusion of omnivorous or eclectic practices (Peterson and Kern, 1996 ; Donnat, 2004) ? Do they lead to the emergence of new symbolic boundaries among audiences (Glevarec and Cibois, 2018 ; Coulangeon, 2021) ? From a socio-economic perspective, what are the consequences of institutionalization, as well as the rising of alternative spaces where artists’ outcomes can be valued?

Other places have become omnipresent in the lives of citizens and crucial for the cultural and creative industries: digital platforms and social networks. They blur the boundaries separating artistic styles, formats, and even the roles as well as the identities of stakeholders. Digital spaces have become stages where creation and distribution happens, allowing artists to promote their creations themselves without using traditional intermediaries. In return, the latter tend to adopt innovative valorization strategies. During Covid19 lock-downs, the Museum Challenges illustrated a digital promotion strategy including the public in a creation process and the promotion of collections on social networks (Molinié-Andlauer and Andreacola, 2022). This border renewal is likely to represent a threat to professional artists who face the arrival of massive competition where amateur creators are found online (Flichy, 2010). Finally, artists who do not master computer tools and platforms’ communication codes may be penalized by platforms’ dynamics. In this context, what are the new emerging symbolic boundaries? How do they affect cultural and creative industries? In this axis, we welcome papers questioning the mutations of symbolic borders and their effects on creators’ strategies within these industries.

2) Borders in the circulation of cultural and artistic goods

Globalization has led to an intensification of exchanges between countries and the emergence of large international groups within cultural and creative industries. In this context, the circulation of cultural products is constrained by social, economic and geopolitical dynamics, that challenge national specificities (Ciccheli and Octobre, 2021).

We can notably question the nature of cultural objects that circulate, and phenomena of content such as standardization, bestsellerization, starification, as well as the diffusion of transmedia products. Therefore, we can interrogate the existence of cultural diversity in the transnational space (Unesco, Universal Declaration on Cultural Diversity, 2001) or, on the contrary, the constitution of a dominant, even hegemonic culture. The question of the exchange conditions and the nature of the ‘transnational cultural space’ (Boschetti, 2010) is also raised, particularly in regards to dual notions as the case of ‘center’ / ‘periphery’ (Wallerstein, 1974, 1980, 1989). How do certain products manage to cross borders? How do they integrate to the cultures that receive them (Hall, 1997)? Through which agents do they circulate? To what extent are exchanges unequal (Casanova, 2008)?

Moreover, the emergence in literary theory and criticism of the notion of “world literature” (Moretti, 1994, Damrosch, 2003) seems to suggest that the national character of work is no longer a sufficiently distinctive criterion facing an increasingly homogeneous production. Nevertheless, nationality remains a mean of categorization and valorization within the cultural industries. Examples include the creation of collections of foreign literature in Europe, or film-productions’ exportation being promoted according to their country of origin. If cultural goods are able to convey the national identity of a country, how do creators and cultural stakeholders reinterpret this function today? Can national identity still draw borders between different cultural productions?

Finally, we can question the concentration strategies within industrial players and beyond countries and cultural industries. Since the late 1970s the emergence of conglomerates has been interpreted in political and industrial milieux as a sign of the convergence between cultural and communication industries (Miège and Vinck, 2011). More recently, we have witnessed the entry of technology players often called “Big Tech” into the cultural goods market, in a trend towards a digital platform concentration. We welcome in this axis proposals that will question the borders which bring into light new circulation modalities of cultural goods, in a society context of globalization and digitalization.

3) Borders in research on cultural and creative industries

The emphasis placed on the notion of border within the research field on cultural and creative industries also deserves to be questioned. Facing the globalization and digitalization of culture, how can national, symbolic or economic borders be justified, especially within studies on production, distribution and consumption of cultural products?

In regards to production of field, data national boarders can be decisive. Hence, cross border trends can be difficult to observe. In the film industry, for example, the success of a film is measured by box office, which is calculated differently depending on the country. In the United States, it is computed through the box office receipts while in France it is through admission numbers. Yet we know that the success of a blockbuster goes beyond borders. How can we respond to these transnational challenges embedded in the studies of cultural industries? How do we face the gaps between each nations’ particularities when it comes to the production and use of institutional statistics? Is the internationalization of research and cooperation between researchers of different languages and cultures a solution? If so, under which conditions can this take place?

These phenomena transcend symbolic boundaries between genres, artistic formats, venues and industrial players. All of them are difficult to grasp, especially in economic terms, due to the survival of old statistical measurement methods. This is particularly true in the use of cross-media, as well as digital platforms and social networks consumers. Indeed, through their commutation strategies, digital giants condition the work circumstances under which these fields are being studied. Some of them publish their data and allow individual queries on Application Programming Interfaces (APIs), while most of them practice certain opacity. For example, video-on-demand platforms share limited measurements of their audiences compared to television channels, which can result in the misrepresentation of the consumptions linked to them. A current epistemological issue is the possibility of scientifically studying these digital research fields, which crystallize significant issues for the culture and creative industries.

In this sense, one possible solution is the diffusion of computer science methods among researchers, such as web-scraping and protocol programming for the analysis of data sets. Added to this, the emergence of digital humanities, as an interdiscipline linking computer science, humanities and social sciences, is likely to renew and enrich the latter in their approaches to digital fields (Paquienséguy and Pélissier, 2021). To what extent are these interdisciplinary trends feasible despite disciplinary boundaries (Prudhomme and Gingras, 2015)? Furthermore, can they weaken the theoretical and methodological positions of humanities and social sciences? In this axis we are interested in works putting these questions into perspective. We also welcome propositions with innovative research protocols in face of these challenges.

Practical information

The study day will take place on Wednesday, June 28th 2023, at Maison des Sciences de l’Homme in La Plaine Saint-Denis (near Paris), as well as online.

To submit a proposal please send it to rjc.labexicca@gmail.com before Friday, March 20th 2023, containing the following information:

  • First and family name, email of each author/intervener, followed by a brief biography including the institution’s affiliation ;
  • The title of the intervention and an abstract in French or in English (1000 characters maximum) ;
  • 5 keywords in French or in English ;
  • The axis you match your proposal with ;
  • A text in French or in English (10 000 characters maximum) ;
  • A selective biography.

The financing of transportation and/or accommodation (within the limit of one night) for speakers from outside the Ile-de-France may be considered.

Organizing committee

Hubert Boët, PhD student, University Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Yearime Castel, PhD student, Univesrity Sorbonne Nouvelle (IRMECCEN)
Federica Malinverno, PhD student, UniversitySorbonne Paris Nord (LabSIC)
Aliénor Petiot, PhD student, UniversitySorbonne Paris Nord (LabSIC)

Scientific committee

Alix Benistant, Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Anne Bessette, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (Cerlis)
Philippe Bouquillion, Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Christine Chevret-Castellani, Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
François Mairesse, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (Cerlis)
Simon Renoir, Labex ICCA        

Bibliography

Beaud, P. (1987). Les nouvelles frontières de l’espace public. Réseaux. 5(22), 17-28. https://doi.org/10.3406/reso.1987.1236

Benghozi, P.-J. (2006). Mutations et articulations contemporaines des industries culturelles. In : Xavier Greffe, éd., Création et diversité au miroir des industries culturelles (pp. 129-152). Ministère de la Culture – DEPS.

Boschetti, A. (2010). L’espace culturel transnational. Nouveau Monde.

Bouquillion, P., Miège, B. & Mœglin, P. (2013). L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles. Presses Universitaires de Grenoble.

Bullich, V. & Schmitt, L. (2019). Les industries culturelles à la conquête des plateformes ?, tic&société, 13(1-2). https://doi.org/10.4000/ticetsociete.3028

Cardon, D. (2010). Les réseaux sociaux en ligne et l’espace public. L’Observatoire, 37(2), 74-78. https://doi.org/10.3917/lobs.037.0074.

Casanova, P. (2008). La République mondiale des lettres. Paris, Seuil.

Cicchelli, V. & Octobre, S. (2021). Culture in the global age: Analyzing the circulation of cultural goods. Réseaux, 226-227, 19-43. https://www.cairn-int.info/journal–2021-2-page-19.htm.

Coulangeon, P. (2021). Culture de masse et société de classes : le goût de l’altérité. Paris, Presses Universitaires de France.

Damrosch, D. (2003). What is world literature? Princeton University Press.

Donnat, O. (1994). Les Français face à la culture. De l’exclusion à l’éclectisme. Paris, La Découverte.

Flichy, P. (2010). Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique. Paris, Seuil.

Foucher, M. (2010). Timeliness and Permanence of Borders. Médium, 24-25, 12-34. https://doi.org/10.3917/mediu.024.0012

Glevarec, H. & Cibois, P. (2018). Structure and historicity of music and movie tastes. Multivariate statistics and sociological interpretation. L’Année sociologique, 68, 473-519. https://www.cairn-int.info/journal–2018-2-page-473.htm.

Hall, S. (1997). The local and the global : Globalization and ethnicity. In : King Anthony D., éd., Culture, Globalization and the World-System. Contemporary Conditions for the Representation of Identity. University of Minnesota Press, Minneapolis.

Lahire, B. (2003). La légitimité culturelle en questions. In. : Olivier Donnat éd., Regards croisés sur les pratiques culturelles (pp. 39-62). Ministère de la Culture -DEPS. https://doi.org/10.3917/deps.donna.2003.01.0039

Lextrait, F. & Bonnin, J-L. (2018). 2001-2018 : des nouveaux territoires de l’art aux tiers-lieux. L’Observatoire, 52(2), 22–25. https://doi.org/10.3917/lobs.052.0022

Lorre, B. (2021). Les espaces de coworking : Des méta-dispositifs du travail à l’ère du numérique. Approches Théoriques en Information-Communication (ATIC), 2(1), pp. 75-84. https://doi.org/10.3917/atic.002.0075

Martin, C. & Pereira, C. (2021). Les tiers-lieux, espaces d’expérimentation du commun ?. Territoires contemporains, 15. http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/prodscientifique/TC.html

Molinié-Andlauer, M.-A. & Andreacola, F. (2022). Comprendre ce que disent les Museum Challenge sur la créativité numérique : enjeux méthodologiques. 5e Journée d’étude du RJC LabEx ICCA, Juin 2022, Paris, France.

Moretti, F. (1994). Opere mondo : saggio sulla forma epica dal Faust a Cent’anni di solitudine. Turin, Einaudi.

Miège, B. & Vinck, D. (2011). Les masques de la convergence. Paris, Editions des archives contemporaines.

Opéra National de Paris (2019). Les Indes galantes. https://www.operadeparis.fr/saison-19-20/opera/les-indes-galantes#about

Paquienséguy, F. & Pélissier N. (2021). Introduction générale. In : SFSIC – CPdirsic, Questionner les Humanités Numériques : Positions et propositions des Sic (pp. 9-18). https://shs.hal.science/halshs-03257012v1/document

Paquot, T. & Lussault, M. (2012). Introduction. Étymologies contrastées et appel au franchissement des limites. Hermès, La Revue, 63(2), 9-15. https://doi.org/10.4267/2042/48310

Perriault, J. (2012). Social Networks and Borders. Hermès, La Revue, 63, 152-159. https://www.cairn-int.info/journal–2012-2-page-152.htm.

Peterson, R. A. & Kern R. (1996). Changing Highbrow Taste: from Snob to Omnivore. American Sociological Review, 61 (5), 900-907.

Prud’homme, J. & Gingras, Y. (2015). Interdisciplinary Collaborations: Reasons and Obstacles. Actes de la recherche en sciences sociales, 210, 40-49. https://www.cairn-int.info/journal–2015-5-page-40.htm.

Vivant, E. (2007). Les événements off : de la résistance à la mise en scène de la ville créative. Géocarrefour – Revue de géographie de Lyon, 82(3), 131-140. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00282122

Wallerstein, I. (1974). The Modern World-System, vol. I: Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century. New York/Londres, Academic Press.

Wallerstein, I. (1980). The Modern World-System, vol. II: Mercantilism and the Consolidation of the European World-Economy, 1600-1750. New York, Academic Press.

Wallerstein, I. (1989). The Modern World-System, vol. III: The Second Great Expansion of the Capitalist World-Economy, 1730-1840’s. San Diego, Academic Press.

AAC 6e journée d’étude du RJC du LabEx ICCA – Actualités de la notion de frontière dans les industries culturelles et créatives

Appel à communications pour la 6e journée d’étude
du Réseau des Jeunes Chercheur·e·s du LabEx ICCA

Actualités de la notion de frontière
dans les industries culturelles et créatives

À La Plaine Saint-Denis et en distanciel : Mercredi 28 juin 2023
Date limite de dépôt des communications : 10 mars 2023
prolongation au 20 mars 2023

Introduction

Si les sciences sociales peinent à faire consensus sur la définition de la frontière (Paquot et Lussault, 2012), celle-ci peut être conceptualisée comme la délimitation d’un espace social, au sens symbolique, ou d’un espace géographique. La frontière a deux effets contraires d’inclusion et d’exclusion : elle rassemble des éléments à l’intérieur de l’espace tracé, tout en excluant ce qui se trouve à l’extérieur (Foucher, 2010).

Le contexte de la mondialisation, accompagné du développement rapide des technologies numériques, conduit à s’interroger sur l’actualité de la notion au sein des industries culturelles et créatives. Il semble au premier abord que l’économie numérique mondialisée rende plus poreuses, voire abolisse les délimitations entre les identités culturelles, les lieux de la création et les genres artistiques. Quelles sont donc les forces à l’œuvre dans la reconfiguration actuelle des frontières au cœur des industries culturelles et créatives ? De nouvelles frontières s’affirment-elles devant d’autres, anciennes, en voie d’effacement ?

La numérisation d’une part et l’économie mondialisée d’autre part sont susceptibles de favoriser la circulation des biens culturels dans l’espace géographique, mais aussi entre les groupes sociaux et les individus (Bouquillion, Miège et Mœglin, 2013). Face à de nouvelles pratiques de création, des configurations juridiques et économiques émergent pour réguler la diffusion et la circulation des biens culturels et informationnels (Miège, 2014, 2017). C’est le cas des communs numériques et des licences creative commons associées. Les frontières sont également questionnées entre formats, alors que le numérique renforce les phénomènes d’hybridation et de transmédia. Au sein des filières, les distinctions entre les fonctions des acteurs sont également brouillées lorsque les pratiques de production, de distribution et de consommation s’enchevêtrent. La concomitance des rôles d’usager et d’artiste sur les plateformes en témoigne (Bullich et Schmitt, 2019). La trajectoire des biens culturels et artistiques mérite donc d’être interrogée à l’aune des évolutions des frontières symboliques et géographiques.

À l’échelle des individus, certaines technologies permettent de dépasser des frontières pour créer du lien (Cardon, 2010). De la plateformisation et de la mise en réseau peut naître un nouvel espace public (Beaud, 1987 ; Perriault, 2012). À l’inverse, certains objets sont susceptibles d’exclure et de séparer : la fracture numérique est l’exemple d’une nouvelle frontière sociale qui s’érige, empêchant des individus d’accéder à une partie de l’espace public. Par ailleurs, parallèlement aux dynamiques de numérisation, des lieux physiques alternatifs participent à la reconfiguration des frontières. C’est le cas des espaces de coworking, des fablabs ou des tiers-lieux qui font converger des acteurs d’horizons différents et des activités de natures diverses (Martin et Pereira, 2021 ; Lorre, 2021).

Enfin, dans une perspective épistémologique, la notion de frontière structure et fait évoluer l’étude des industries culturelles et créatives. Ainsi la reconfiguration des frontières symboliques et géographiques est susceptible d’affecter la manière dont les disciplines académiques interrogent le secteur. La mondialisation et la numérisation des sociétés changent et élargissent les perspectives et les terrains d’enquête : les chercheurs peuvent désormais s’appuyer en partie sur des données numériques alors que l’espace mondialisé peut conduire à l’agrandissement de certains périmètres de recherche. Dans les deux cas, des défis méthodologiques, notamment en termes d’interdisciplinarité, se font jour pour les sciences humaines et sociales étudiant les évolutions actuelles de ces industries.

Cette journée d’étude, organisée par le Réseau des Jeunes Chercheur·e·s du Labex ICCA, propose d’engager une réflexion collective et interdisciplinaire sur la reconfiguration des frontières dans une économie numérique et mondialisée. Trois axes thématiques structurent l’appel :

1) Les frontières dans la création culturelle et artistique
2) Les frontières dans la circulation des biens culturels et artistiques
3) Les frontières dans la recherche sur les industries culturelles et créatives

1) Les frontières dans la création culturelle et artistique

Les transformations récentes des industries culturelles et créatives bouleversent les frontières symboliques et esthétiques concourant à distinguer les productions. Face aux hybridations artistiques ou aux possibilités offertes par la plateformisation, la remise en question des frontières a des implications fortes, d’un point de vue socio-économique, pour les acteurs de la création.

Des frontières symboliques cloisonnent d’une part des espaces divers (genres artistiques, prix, festivals ou réseaux d’artistes nationaux et internationaux), profitant de légitimités variables aux yeux des acteurs de la filière. Cette valorisation est cruciale pour ces industries où les produits ne répondent à aucun besoin primaire et ont une valeur essentiellement symbolique (Benghozi, 2006). Ces délimitations sont cependant susceptibles d’être dépassées lorsque les genres s’hybrident, en mêlant des expressions artistiques perçues comme légitimes et non-légitimes (Lahire 2003). Un exemple est la mise en scène de l’opéra-ballet Les Indes Galantes, de Jean-Philippe Rameau, par Clément Cogitore en 2019 : combinant musique classique et danse Krump, cette production a permis de faire entrer la culture urbaine à l’Opéra de Paris (Opéra National de Paris, 2019). Les frontières peuvent aussi être franchies lorsque des lieux de création et de diffusion, qu’ils soient institutionnels ou en marge (Lextrait et Bonnin, 2018), s’ouvrent à de nouvelles productions. Ainsi émergent, en dehors des institutions traditionnelles, des espaces culturels voulus « ouverts » aux créateurs, comme les lieux d’exposition hors les murs ou les scènes alternatives « off » (Vivant, 2007). Face à ces évolutions et cet apparent dépassement des frontières légitimantes, comment s’expriment les mécanismes actuels de la valorisation symbolique, structurante pour les industries culturelles et créatives ? Au niveau des consommations, ces transformations participent-elles de la diffusion de pratiques éclectiques (Donnat, 1994) ou omnivoristes (Peterson et Kern, 1996) ? Font-elles au contraire émerger des frontières symboliques parmi les publics (Glevarec et Cibois, 2018 ; Coulangeon, 2021) ? Dans une perspective socio-économique, quelles sont les conséquences de l’institutionnalisation des hybridations et des espaces alternatifs pour les créateurs ainsi que les stratégies de valorisation de leur travail ?

Autres espaces devenus clés pour les industries culturelles et créatives, les plateformes et réseaux sociaux numériques contribuent également au brouillage des démarcations entre les genres, les formats, voire le rôle et l’identité des acteurs. Ce sont en effet des scènes pour la création et la diffusion des œuvres et des contenus, permettant aux artistes de promouvoir eux-mêmes leurs créations sans passer par les intermédiaires traditionnels. Ces derniers tendent en retour à adopter des stratégies de valorisation innovantes. Ainsi, pendant les confinements, les Museum Challenges ont illustré la stratégie de valorisation numérique adoptée par certains musées, visant à engager les publics dans une démarche alliant création et promotion des collections sur les réseaux sociaux (Molinié-Andlauer et Andreacola, 2022). Ce renouvellement des frontières est susceptible de représenter une menace pour les artistes professionnels, confrontés à l’arrivée d’une concurrence massifiée de créateurs amateurs sur internet (Flichy, 2010). Enfin, les artistes ne maîtrisant pas les outils informatiques et les codes communicationnels des plateformes peuvent être pénalisés par les dynamiques de plateformisation. Dans ce contexte, quelles nouvelles frontières symboliques émergent et comment affectent-elles les industries culturelles et créatives ? Nous accueillerons dans cet axe les communications interrogeant les mutations des frontières symboliques et leurs effets sur les stratégies des créateurs au sein de ces industries.

2) Les frontières dans la circulation des biens culturels et artistiques

La mondialisation a entraîné une intensification des échanges entre les pays ainsi que l’émergence, dans le paysage des industries culturelles et créatives, de grands groupes internationaux. Dans ce contexte, la circulation des produits culturels obéit à des dynamiques sociales, économiques et géopolitiques complexes, qui mettent en question les spécificités nationales (Ciccheli et Octobre, 2021).

Concernant la nature même des objets culturels, nous pouvons interroger les phénomènes de standardisation des contenus, de bestsellerisation et de starification, ainsi que la diffusion des produits transmédia. Dans quelle mesure observe-t-on une diversité culturelle dans l’espace transnational (Unesco, Déclaration universelle sur la diversité culturelle, 2001), ou, au contraire, la constitution d’une culture dominante, voire hégémonique ? Se pose également la question des conditions des échanges et de la nature de l’ « espace culturel transnational » (Boschetti, 2010), notamment en ce qui concerne l’actualité du dualisme « centre » / « périphérie » (Wallerstein, 1974, 1980, 1989). Comment certains produits parviennent-ils à franchir les frontières, et comment s’intègrent-ils dans les cultures qui les reçoivent (Hall, 1997) ? Dans quelle mesure les échanges sont-ils inégaux (Casanova, 2008) ?

Par ailleurs, l’émergence dans la théorie et la critique littéraires de la notion de world literature (Moretti, 1994 ; Damrosch, 2003) semble suggérer que le caractère national d’une œuvre ne constitue plus aujourd’hui un critère distinctif suffisant face à une production de plus en plus homogène. Néanmoins, la nationalité reste un moyen de catégorisation et de valorisation au sein des industries culturelles. On peut citer la création de collections de littérature étrangère en Europe, ou la distribution et la promotion à l’export des productions cinématographiques selon leur pays d’origine. Si les biens culturels sont à même de véhiculer l’identité nationale d’un pays, comment les créateurs et les acteurs culturels réinterprètent-ils aujourd’hui cette fonction ? L’identité nationale peut-elle encore dessiner des frontières entre différentes productions culturelles ?

Nous pouvons enfin interroger les stratégies de concentration des acteurs industriels, au-delà des frontières nationales et aux confins des industries culturelles. Dès la fin des années 1970, la constitution de conglomérats a été interprétée dans les milieux académiques, politiques et industriels comme un signe de la convergence entre les industries culturelles et celles de la communication (Miège et Vinck, 2011). Depuis les années 2010, l’arrivée d’acteurs du numérique comme les GAFAM se traduit par une tendance à la concentration au sein de plateformes. Nous accueillerons dans cet axe les propositions interrogeant les frontières à l’aune des modalités nouvelles de circulation des biens culturels, dans un contexte de mondialisation et de plateformisation.

3) Les frontières dans la recherche sur les industries culturelles

La place de la notion de frontière dans la recherche sur les industries culturelles et créatives mérite également d’être questionnée. Comment justifier les frontières nationales, symboliques ou économiques dans les études portant sur la production, la diffusion et la consommation des produits culturels ?

Les frontières nationales peuvent être déterminantes dans la production de données de terrain, rendant par là même difficile l’observation de tendances transfrontalières. Dans l’industrie cinématographique par exemple, le succès d’un film est mesuré par le box-office, calculé différemment selon les pays (en recettes générées par les entrées aux États-Unis, en nombre d’entrées en France). On sait pourtant que le succès d’un blockbuster dépasse les frontières. Comment répondre au défi d’études transnationales des industries culturelles, nécessaires face à l’évolution des usages, tandis que la production institutionnelle des statistiques peut être liée à un contexte national particulier ? L’internationalisation de la recherche et la coopération entre chercheurs de langues et cultures différentes est-elle une solution, et sous quelles conditions ?

Les phénomènes transcendant les frontières symboliques entre genres, formats artistiques, lieux de diffusion et acteurs industriels sont également difficiles à appréhender, notamment en termes économiques, du fait de la survivance des anciens modes de mesure statistiques. En particulier pour ce qui touche aux usages « cross media », et aux consommations sur les plateformes et réseaux sociaux numériques. Les géants du numérique conditionnent en effet, par leurs stratégies de communication, les travaux qui investiguent ces terrains. Si certains publient des données ou permettent des requêtes individuelles sur des Application Programming Interfaces (API), la plupart d’entre eux pratiquent une certaine opacité. Par exemple, les plateformes de vidéo à la demande partagent très peu de mesures d’audience en comparaison avec les chaînes de télévision, ce qui peut entraîner des perceptions biaisées des usages qui leur sont liés. Un enjeu épistémologique actuel concerne donc la possibilité d’étudier scientifiquement ces terrains de recherche, qui cristallisent des enjeux industriels significatifs pour la culture.

A cet égard, une solution possible est la diffusion, parmi les chercheurs, de méthodes issues des sciences informatiques, telles que le web-scraping et la programmation de protocoles d’analyse de jeux de données. En prime, l’émergence des humanités numériques,en tant qu’interdiscipline liant informatique et sciences humaines et sociales, est susceptible de renouveler et d’enrichir ces dernières dans leurs approches des terrains numériques (Paquienséguy et Pélissier, 2021). Jusqu’à quel point ces tendances à l’interdisciplinarité sont-elles cependant réalisables malgré les frontières disciplinaires (Prudhomme et Gingras, 2015) ? Peuvent-elles en outre affaiblir les positions théoriques et méthodologiques des sciences humaines et sociales ? Nous serions particulièrement intéressés par des retours d’expérience mettant en perspective ces questions, ainsi que des protocoles de recherche innovants face à ces défis.

Informations pratiques

La journée se déroulera le mercredi 28 juin 2023 à la Maison des Sciences de l’Homme à La Plaine Saint-Denis, et à distance.

Pour soumettre une proposition, merci de l’envoyer avant le 20 mars 2023
à l’adresse rjc.labexicca@gmail.com avec les informations suivantes :

  • Les nom, prénom et courriel de chaque co-auteur·trice/ intervenant·e, accompagnés d’une brève biographie incluant son université et son laboratoire de rattachement ;
  • Un résumé titré de la communication, en français ou en anglais, de 1000 signes maximum ; 
  • 5 mots clés en français ou en anglais ;
  • L’axe dans lequel s’inscrit la communication ;
  • Un texte en français ou en anglais, de 10 000 signes maximum ;
  • Une bibliographie sélective.

Le financement des transports et / ou de l’hébergement (dans la limite d’une nuitée) pour les intervenant·e·s non francilien·ne·s pourra être envisagé.

Comité d’organisation

Hubert Boët, Doctorant – Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Yearime Castel, Doctorante – Université Sorbonne Nouvelle (IRMECCEN)
Federica Malinverno, Doctorante – Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Aliénor Petiot, Doctorante – Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)

Comité scientifique

Alix Benistant, Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Anne Bessette, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (Cerlis)
Philippe Bouquillion, Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
Christine Chevret-Castellani, Université Sorbonne Paris Nord (LabSIC)
François Mairesse, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (Cerlis)
Simon Renoir, Labex ICCA        

Bibliographie

Beaud, P. (1987). « Les nouvelles frontières de l’espace public ». Réseaux, 5(22), pp. 17-28. https://doi.org/10.3406/reso.1987.1236

Benghozi, P.-J.(2006). « Mutations et articulations contemporaines
des industries culturelles ». In : Xavier Greffe, éd., Création et diversité au miroir
des industries culturelles
, Ministère de la Culture – DEPS, pp. 129-152.

Boschetti, A. (2010). L’espace culturel transnational, Nouveau Monde,
coll. « Culture/Médias ».

Bouquillion, P., Miège, B. & Mœglin, P. (2013). L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles, Presses Universitaires de Grenoble.

Bullich, V. & Schmitt, L. (2019). « Les industries culturelles à la conquête des plateformes ? », tic&société, 13(1-2). https://doi.org/10.4000/ticetsociete.3028

Cardon, D. (2010). « Les réseaux sociaux en ligne et l’espace public ». L’Observatoire, 37(2), pp. 74-78. https://doi.org/10.3917/lobs.037.0074.

Casanova, P. (2008). La République mondiale des lettres, Paris, Seuil.

Cicchelli, V. & Octobre, S. (2021). « La culture à l’âge global: Une analyse par la circulation des produits culturels ». Réseaux, 226-227, 19-43. https://doi.org/10.3917/res.226.0019

Coulangeon, P. (2021). Culture de masse et société de classes : le goût
de l’altérité
, Paris, Presses Universitaires de France.

Damrosch, D. (2003). What is world literature?, Princeton University Press.

Donnat, O. (1994). Les Français face à la culture. De l’exclusion
à l’éclectisme
, Paris, La Découverte.

Flichy, P. (2010). Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires
à l’ère numérique
, Paris, Seuil.

Foucher, M. (2010). « Actualité et permanence des frontières ». Médium,
24-25(3-4), pp. 12-34. https://doi.org/10.3917/mediu.024.0012

Glevarec, H., & Cibois, P. (2018). « Structure et historicité des goûts musicaux et cinématographiques. Analyse factorielle et interprétation sociologique ». L’Année sociologique, 68(2), pp. 473–519. https://doi.org/10.3917/anso.182.0473

Hall, S. (1997, 1ère édition en 1991). « The local and the global : Globalization and ethnicity ». In : King Anthony D., éd., Culture, Globalization and the World-System. Contemporary Conditions for the Representation of Identity, University of Minnesota Press, Minneapolis.

Lahire, B. (2003). « La légitimité culturelle en questions ». In. : Olivier Donnat éd., Regards croisés sur les pratiques culturelles (pp. 39-62). Ministère de
la Culture – DEPS. https://doi.org/10.3917/deps.donna.2003.01.0039

Lextrait, F. & Bonnin, J-L. (2018). « 2001-2018 : des nouveaux territoires
de l’art aux tiers-lieux ». L’Observatoire, 52(2), pp. 22–25. https://doi.org/10.3917/lobs.052.0022

Lorre, B. (2021). « Les espaces de coworking : Des méta-dispositifs du travail à l’ère du numérique ». Approches Théoriques en Information-Communication (ATIC), 2(1), pp. 75-84. https://doi.org/10.3917/atic.002.0075

Martin, C. & Pereira, C. (2021). « Les tiers-lieux, espaces d’expérimentation du commun ? ». Territoires contemporains, 15. http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/prodscientifique/TC.html

Molinié-Andlauer, M.-A. & Andreacola, F. (2022). « Comprendre ce que disent les Museum Challenge sur la créativité numérique : enjeux méthodologiques ».
5e Journée d’étude du RJC LabEx, Juin 2022, Paris, France.

Moretti, F. (1994). Opere mondo : saggio sulla forma epica dal Faust
a Cent’anni di solitudine,
Turin, Einaudi.

Miège, B. & Vinck, D. (2011). Les masques de la convergence, Paris, Editions des archives contemporaines.

Opéra National de Paris (2019). Les Indes galantes. https://www.operadeparis.fr/saison-19-20/opera/les-indes-galantes#about

Paquienséguy, F. & Pélissier N. (2021). « Introduction générale». In : SFSIC – CPdirsic, Questionner les Humanités Numériques : Positions et propositions des Sic
(pp. 9-18). https://shs.hal.science/halshs-03257012v1/document

Paquot, T. & Lussault, M. (2012). « Introduction. Étymologies contrastées
et appel au franchissement des limites ». Hermès, La Revue, 63(2), pp. 9-15. https://doi.org/10.4267/2042/48310

Perriault, J. (2012). « Réseaux socionumériques et frontières », Hermès,
La Revue
, 63(2), pp. 152-159. https://doi.org/10.4267/2042/48337

Peterson, R. A. & Kern R. (1996). « Changing Highbrow Taste: from Snob
to Omnivore ». American Sociological Review, 61 (5), pp. 900-907.

Prud’homme, J. & Gingras, Y. (2015). « Les collaborations interdisciplinaires : raisons et obstacles ». Actes de la recherche en sciences sociales, 210, pp. 40-49.

Vivant, E. (2007). « Les événements off : de la résistance à la mise en scène de la ville créative ». Géocarrefour – Revue de géographie de Lyon, 82(3), pp. 131-140. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00282122

Wallerstein, I. (1974). The Modern World-System, vol. I: Capitalist Agriculture and the Origins of the European World-Economy in the Sixteenth Century, New York/Londres, Academic Press.

Wallerstein, I. (1980). The Modern World-System, vol. II: Mercantilism and the Consolidation of the European World-Economy, 1600-1750, New York, Academic Press.

Wallerstein, I. (1989). The Modern World-System, vol. III: The Second Great Expansion of the Capitalist World-Economy, 1730-1840’s, San Diego, Academic Press.