AAC 4e journée d’étude du RJC LabEx ICCA – Temps, rythmes et temporalités dans les secteurs culturels

Mis en avant

Macintosh HD:Users:utilisateur:Desktop:LOGO RJC LabEx ICCA.jpg

Appel à communication pour la 4e journée d’étude du Réseau des Jeunes Chercheur·es du LabEx ICCA  

Temps, rythmes et temporalités dans les secteurs culturels 

Paris – Vendredi 21 mai 2021 

— 

 Cet appel à communication reprend celui formulé il y a un an pour la journée d’étude qui devait se tenir le 30 avril 2020. La journée d’étude ayant été repoussée suite à l’épidémie de Covid-19, le comité d’organisation et le bureau du RJC ont décidé de la déplacer au 21 mai 2021.  

Les modalités d’organisation de la journée d’étude seront adaptées aux conditions sanitaires en vigueur au printemps 2021. Si les conditions le permettent, la journée aura lieu en présentiel, à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Paris 5e). Dans le cas contraire, elle se tiendra à distance. 

— 

Depuis une vingtaine d’années, de nombreux diagnostics (Castells, 1999 ; Virilio, 2009 ; Hartog, 2003 ; 2018) peignent une société de la « modernité tardive » qui serait caractérisée par une accélération sociale du temps (Rosa, 2010). Cette accélération se manifeste par la numérisation et la « plateformisation » de la culture, qui promettent une offre abondante, instantanée et détemporalisée.  

Le développement du numérique se traduit notamment, dans le champ des industries culturelles et de la création artistique, par une intensification de la production de contenus et des rythmes de travail des professionnel·les de ces industries, la multiplication des formats, une réduction du temps de présence des produits et biens culturels dans les lieux de vente, tous secteurs confondus (Bouquillion et Combès, 2011), et des mutations dans les modalités de l’accès aux contenus. 

La consommation et l’appropriation de ces biens d’expérience, dont la qualité est par définition incertaine (Karpik, 2007), reposent sur les expériences de consommation passées et sur la possibilité de bénéficier de temps libre (Bianchi, 2008). Les pratiques culturelles et la consommation des biens symboliques impliquent en effet pour les individus d’y consacrer du temps, ainsi qu’à la recherche et à l’échange d’information, d’avis, de conseils portant sur la nature des contenus et destinés à les aider dans leurs choix (Guibert, Rebillard, Rochelandet, 2016 ; Chapelain et Ducas, 2018).  

Cette journée d’étude propose d’interroger les modalités de la production, mais également de la consommation et des pratiques culturelles et communicationnelles – et leurs possibles mutations – au regard du temps. Il s’agira par exemple de se demander comment les rapports entre passé, présent et futur s’articulent de manière spécifique pour les activités culturelles et créatives ? Ou encore, comment les caractéristiques de la temporalité, comme l’instant, la durée, la séquence, le rythme, sont investies et valorisées par les différents acteur·trices et jouent sur la consommation culturelle ? 

Ainsi, nous entendons mener une réflexion collective sur l’articulation entre la dimension temporelle et les implications liées au développement du numérique dans les secteurs culturels, à travers les axes suivants :  

 Quand les industries culturelles structurent le temps 

Un premier axe propose d’étudier la manière dont les acteur·trices des différentes filières anticipent et se saisissent des contraintes temporelles supposées des publics. Ces dix dernières années ont été particulièrement marquées par le développement des portails numériques supposant une offre de contenus disponibles à la demande : « partout », « tout le temps ». C’est le cas notamment pour la télévision linéaire, dont la programmation peut être envisagée à la fois comme un « art de la rencontre » (Macé, 2003) entre des publics et des programmes, et un « art de la gestion du temps » : là où le cinéma suspendrait le temps social, la télévision structurerait notre temporalité (Jost, 2009). Nous pourrons donc nous demander dans quelle mesure la multiplication des canaux de diffusion induite par le numérique reconfigure les discours, les formats, les contenus et leurs rythmes ainsi que leurs modalités de programmation, de diffusion ou d’accessibilité. Par exemple, comment la chronologie – ou chronobiologie (Chantepie et Paris, 2019) – des médias se recompose-t-elle dans ce contexte ? 

Dans toutes les filières, l’accélération de la rotation des produits conduit par ailleurs certain·es acteur·trices à réaffirmer leur positionnement, comme c’est – par exemple – le cas des libraires indépendants qui se font les allié·es du cycle de longue durée de la production restreinte (Noel, 2018). À cet égard, comment évoluent les stratégies des multiples acteurs au sein de chaque filière, ainsi que les rapports qu’ils entretiennent entre eux ? 

 Les temporalités des récits 

Les œuvres sont elles-mêmes structurées par diverses formes de temporalités. C’est particulièrement le cas des récits sériels, qui, comme le montre Jean Pierre Esquenazi (2016) en s’appuyant sur la distinction d’Émile Benveniste, oscillent entre temps calendaire (la succession des épisodes) et temps historique (celui des événements narrés). Les intrigues peuvent ainsi s’organiser autour de temporalités distinctes, celle d’un ou quelques épisodes, ou bien d’une saison (Mille, 2013). Ainsi, les personnages grandissent, évoluent, sur un temps plus ou moins long. Les récits peuvent aussi s’entremêler aux évènements réels et à la vie quotidienne. Comme l’explique Sarah Sepulchre à propos des séries de networks américaines (2011), la production en flux tendu permet aux scénaristes de « coller à l’actualité » et de suivre le calendrier social : les personnages, comme les téléspectateurs, fêtent Thanksgiving, Noël ou le Nouvel An. Enfin, le récit lui-même peut être envisagé comme une manière de découper, d’observer ou de voyager dans le temps, à travers divers procédés narratifs comme le flashback ou l’ellipse (Gaudreault, Jost, 1990 ; Beylot, 2005).  

Par ailleurs, l’émergence – et le succès – des portails numériques enjoint les producteur·trices à se tourner vers de nouvelles formes de narration, plus ou moins brèves, tantôt fragmentées, éclatées, voire trans-médiatiques ou interactives. Sans nous prononcer sur le succès de ces stratégies, il nous semble également opportun de nous interroger sur ces formats, leur nouveauté supposée et l’influence du numérique sur les modalités de narration. Nous pourrons également nous demander quels sont les effets produits par ces formes de récits sur leur réception. Ainsi les propositions s’intéressant aux différentes temporalités qui constituent les récits – qu’ils soient fictionnels, sériels, journalistiques, documentaires etc. – sont encouragées. 

 Les temps de la consécration et de la valorisation  

Les industries culturelles et créatives sont traversées par une tension entre histoire et modernité (Bouquillion et Le Corf, 2010), patrimoine et contemporain, classique et nouveauté, cycle long et cycle court (Bourdieu et Delsaut, 1975). La consécration et la valorisation des œuvres se construit sur différentes temporalités, du temps long de la classicisation (Viala, 1993) à celui, plus court, de la médiatisation des nouveautés, en passant par la revalorisation de biens passés redécouverts dans le présent, comme avec l’exemple du vintage ou du customisé (Boltanski et Esquerre, 2017). Les acteur·trices des industries culturelles s’appuient sur ces différents « horizons temporels de valorisation » dans leurs stratégies (Bullich, 2011), notamment selon la dialectique du tube et du catalogue (Huet et al., 1978 ; Miège, 2000), qui permet, entre autres, aux éditeur·trices et aux producteur·trices d’étaler les revenus dans le temps, le fonds de catalogue assurant des revenus réguliers sur le long terme, les tubes apportant une rentabilité à court terme.  

La culture numérique et les nouvelles technologies de l’information et de la communication, en portant la promesse d’un fonctionnement en temps réel, d’une instantanéité et d’une accélération des échanges (Schafer (dir.), 2018) sont-elles en train de transformer ces formes de valorisation ? Les réseaux socionumériques (RSN), notamment Facebook, Twitter et Instagram, changent les temporalités de la valorisation des contenus et permettent davantage d’interactivité. Cette interactivité prend notamment la forme d’un essor des pratiques conversationnelles en ligne (Boyd, Golder & Lotan, 2010) permettant à la fois de mettre en valeur les industries et leurs contenus, mais également les publics qui s’en font le relais. Partager les coulisses des tournages, demander leur avis aux publics sur l’évolution de l’intrigue ou proposer des dispositifs de live-tweet durant une émission sont autant de façons d’animer des communautés en ligne, de promouvoir les contenus et de valoriser les producteur·trices. On observe par exemple ce glissement des modalités de valorisation chez certains diffuseurs traditionnels de la télévision qui mettent de plus en plus en avant leurs stratégies numériques et l’innovation (Bourdon, 2011), parfois davantage que les contenus diffusés. 

Comment penser la tension apparente entre, d’un côté, des rythmes d’usage et de valorisation qui semblent s’accélérer par le biais des technologies numériques et se jouer sur un temps court et événementiel, et de l’autre, des tendances profondes de l’économie de la culture à la valorisation dans le temps long ? Sous quelles formes apparaissent les rapports intimes entre innovation et patrimoine au sein des industries culturelles et créatives ? 

 Les temps de la consommation et des pratiques culturelles 

Les temps dédiés à la consommation et aux pratiques culturelles sont d’ordinaire pensés comme relevant du temps libre, en opposition aux temps contraints de la vie sociale : temps de travail, temps conjugal, temps familial, temps associatif, etc. (Dumazedier, 1974 ; Pronovost, 1998). Mais les consommations culturelles peuvent constituer des supports à des activités qui ne relèvent pas des pratiques culturelles : travail, sport, tâches domestiques. Comment ces activités se croisent, se superposent ou se substituent les unes aux autres ? 

Il s’agit également d’interroger la manière dont les temps dédiés aux pratiques culturelles (et donc les lieux et réseaux relationnels qui y sont associés) influent sur la consommation culturelle, dans le quotidien comme l’extraquotidien, que ce soit au domicile, au travail, dans les transports ou sur les lieux de vacances. Les pairs jouent notamment un grand rôle dans la réception de l’offre culturelle par les publics, en l’accompagnant comme en la contraignant, et en ce qu’ils s’intègrent dans des réseaux familiaux et conjugaux (Pronovost, 1993 ; Singly, 2003), professionnels ou amicaux (Bidard, 2012). Comment s’articulent ces activités, entre temps collectif et temps individuel ? 

Les pratiques culturelles des publics prennent ainsi place dans différents cadres spatiaux, temporels et relationnels, selon différentes modalités qui interrogent la distribution de ces pratiques culturelles dans l’espace social (Coulangeon, Menger, Roharik, 2002 ; Cardon, Granjon, 2003). Comment l’étude des temps dans lesquels sont prises les pratiques culturelles et de loisirs permet-elle d’en renouveler la compréhension ? 

 Temporalités et engagements dans la consommation culturelle 

Regarder un long film un soir de week-end, faire défiler son fil d’actualités sur les réseaux sociaux avant de se coucher, télécharger un podcast en prévision d’un trajet… Les temps dédiés aux pratiques culturelles interrogent la capacité réflexive des individus à négocier l’usage de leur temps libre, à anticiper et planifier leur consommation, alors qu’ils et elles sont également pris dans des routines, des habitudes et de l’inertie (Dubuisson-Quellier & Plessz, 2013 ; Coavoux, 2019). Cet axe propose de questionner la façon dont les individus choisissent des contenus consommés en contexte. 

Avec le numérique, l’offre de biens culturels semble en effet se faire infinie (Bonneau & Roberge, 2015) et les contenus sont de plus en plus facilement accessibles pour un coût quasi nul, n’importe où et n’importe quand. Les individus maîtrisent plus facilement leur consommation, pouvant « binger » des contenus ou au contraire décider de recréer des routines indexées sur le temps habituellement dévoué à la consommation médiatique ordinaire (Granjon & Combes, 2007 ; Combes, 2013 ; Beuscart, Beauvisage & Maillard, 2012). Puisque la programmation ne contraint plus les publics de la même façon, comment s’organise le temps de la consommation quotidienne ?  

Cette abondance s’accompagne également de la promesse de trouver des contenus adaptés, pas toujours choisis pour leurs caractéristiques narratives, leurs personnages, leur tonalité ou leur qualité esthétique, mais aussi parce qu’ils « conviennent » à des moments précis, notamment en termes de format ou de disponibilité. Comment les individus se dirigent-ils et elles vers des biens culturels en fonction de leur accessibilité à un moment donné (Marty, 2014) ou de leur format ? Comment des contenus sont-ils mobilisés pour équiper ou pour occuper des moments ? 

Comprendre la superposition des activités impose également d’interroger le niveau d’attention (plus ou moins flottant) accordé aux pratiques (Citton, 2014 ; Auray, 2017), selon qu’elles sont des activités de premier plan ou de fond : tweeter et regarder un contenu télévisé, tricoter en regardant une série, travailler et écouter de la musique. Comment s’enchevêtrent et se structurent alors ces différentes consommations ? 

 Méthodologie 

Les enquêtes sociologiques telles que les enquêtes Emploi du temps (Pronovost, 2015), ont permis d’étudier les pratiques culturelles des publics sous un angle inédit : celui du temps passé et de la place que prennent les différentes activités dans le temps global à disposition des individus. Ces enquêtes ont également montré la nécessité et l’intérêt de discuter des enjeux méthodologiques traversés par la question du temps, et notamment les façons de mesurer celui-ci. 

Le développement du numérique et des nouvelles technologies favorise également l’émergence de nombreuses questions méthodologiques et montre la nécessité, pour les chercheur·es, de s’équiper d’outils permettant d’étudier les industries culturelles sous l’angle du temps. Les communications articulées autour de ces questions – qu’elles traitent de l’analyse de la production, de la réception ou bien des œuvres elles-mêmes – sont donc particulièrement bienvenues.  

Informations pratiques 

La journée se déroulera le vendredi 21 mai 2021, soit à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, soit à distance en fonction de l’évolution de la crise sanitaire.  

Pour soumettre une communication, merci d’envoyer avant le vendredi 29 janvier 2021 une proposition à l’adresse rjc.labexicca@gmail.com contenant les informations suivantes : 

○     Les noms, prénoms et courriel de tous les co-auteur·trices/intervenant·es ; 

○     Le titre de la communication ; 

○     Un résumé de la communication de 400 mots maximum 

○     5 mots clés ;  

○     Une brève biographie incluant votre université et laboratoire de rattachement ; 

○     Une bibliographie sélective. 

Le financement des transports et/ou de l’hébergement (dans la limite d’une nuitée) pour les intervenant·es non francilien·nes pourra être envisagé.  

Comité scientifique et d’organisation 

Marion Ferrandery, Doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle (CIM-CEISME) 

Quentin Gilliotte, Docteur en sociologie, Chercheur associé (Cerlis) 

Emmanuelle Guittet, Chargée de recherche au LabEx ICCA, Chercheuse associée (Cerlis)  

Salomé Hédin, Doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 2 – Panthéon-Assas (CARISM) 

Simon Renoir, Docteur en Sciences de l’information et de la communication, Chercheur associé (LabSIC) 

Bibliographie 

Auray, N. (2016). L’alerte ou l’enquête: Une sociologie pragmatique du numérique, Paris, Presses des mines. 

Beuscart, J.-S., Beauvisage, T., & Maillard, S. (2012). « La fin de la télévision ? », Réseaux, n° 175(5), pp. 4382. 

Beylot, P. (2005). Le récit audiovisuel, Paris, Armand Colin. 

Bianchi, M. (2008). « Time and preference in cultural consumption », in Hutter Michael and Throsby David (dir.), Value and Valuation in Art and Culture, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 236-260. 

Bidart, C. (2012). « Réseaux personnels et processus de socialisation », Idées économiques et sociales, n° 169, pp. 8-15. 

Boyd, D., Golder, S., & Lotan, G. (2010). Tweet, Tweet, Retweet: Conversational Aspects of Retweeting on Twitter. Proceedings of the 2010 43rd Hawaii International Conference on System Sciences, 1–10. 

Boltanski, L., & Esquerre, A. (2017). Enrichissement: Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard. 

Bonneau, M., & Roberge, J. (2014). « Collecte de données sur la consommation culturelle numérique : Pistes de solutions pour les problèmes liés à la multiplication des plateformes de distribution ». 

Bouquillion, P. & et Le Corf, J.-B. (2010). « Les industries créatives et l’économie créative dans les rapports officiels européens », Rapport pour le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication, 45 p. 

Bouquillion, P. & Combès, Y. (2011). Diversité et industries culturelles, Paris, L’Harmattan. 

Bourdieu, P. & Delsaut, Y. (1975). « Le couturier et sa griffe : contribution à une théorie de la magie », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 1, p. 736. 

Bourdon, J. (2011). Du service public à la télé-réalité. Une histoire culturelle des télévisions européennes, 1950-2010, Paris, INA Éditions. 

Bullich, V. (2011). « Le droit d’auteur en regard de la théorie des industries culturelles », Les Enjeux de l’information et de la communication, vol. 12/1, no. 1, pp. 51-68. 

Cardon, D. & Granjon, F. (2003). « Éléments pour une approche des pratiques culturelles par les réseaux de sociabilité », in Donnat, Olivier et Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture: politiques publiques et équipements culturels, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 93-108. 

Castells, M. (1999). L’ère de l’information, tome 3, Fin de Millénaire, Paris, Fayard. 

Citton, Y. (2014). L’Économie de l’attention, Paris, La Découverte. 

Chantepie, P., & Paris, T. (2019). « Numérique et cinéma. Nouvelle chronobiologie des médias, nouvel écosystème », Réseaux, n° 217(5), pp. 1745. 

Chapelain, B. & Ducas, S. (dir.)(2018). Prescription culturelle: avatars et médiamorphoses, Villeurbanne, Presses de l’enssib. 

Coavoux, S. (2019). « Planifier et sélectionner. Rapports au temps des visiteurs de musées et légitimité culturelle ». Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 226-227, pp. 31-47. 

Combes, C. (2015). « ”Du rendez-vous télé ” au binge watching : typologie des pratiques de visionnage de séries télé à l’ère numérique », Études de communication, (44), pp. 97114.‬‬‬‬ 

Coulangeon, P., Menger P.-M. & Roharik I. (2002). « Les loisirs des actifs. Un reflet de la stratification sociale », Économie et statistique, n° 352-353, pp. 39-55. 

Domenget, J.-C., Pélissier, N., & Miège, B. (dir.) (2017). Temps et temporalités en information-communication: des concepts aux méthodes, Paris, L’Harmattan. 

Dubuisson-Quellier, S., & Plessz, M. (2013). « La théorie des pratiques ». Sociologie, 4(4), pp. 451469. 

Dumazedier, J. (1974). Sociologie empirique du loisir : critique et contre-critique de la civilisation du loisir, Paris, Seuil. 

Esquenazi, J.-P. (2016). « Machines sérielles et montages du temps », Télévision, N° 7, no 1, pp. 145162. 

Gaudreault, A. & Jost F. (1990). Le Récit cinématographique, Paris, Nathan. 

Granjon, F., & Combes, C. (2008). « La numérimorphose des pratiques de consommation musicale », Réseaux, (145146), pp. 291334. 

Guibert, G., Rebillard, F., & Rochelandet, F. (2016). Médias, culture et numérique – Approches socioéconomiques, Malakoff, Armand Colin. 

Hartog, F. (2003). Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil. 

Hartog, F. (2018). « Patrimoine, histoire et présentisme ». Vingtième SiècleRevue d’histoire, N° 137(1), 2232. 

Huet, A., Ion, J., Lefebvre, A., Miège, B. & Péron, R. (1978). Capitalisme et industries culturelles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble. 

Jost, F. (2009). Comprendre la télévision et ses programmes, Paris, Armand Colin. 

Karpik, L. (2007). L’économie des singularités, Paris, Gallimard. 

Macé, É. (2003). « Le conformisme provisoire de la programmation », Hermès, La Revue, n° 37(3), pp. 127135. 

Marty, S. (2014), Communication et processus décisionnel : le choix du film des jeunes publics au cinéma, Thèse de Sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Bouzon, A., Soutenue en 2014, Université Toulouse 2. 

Miège, B. (2000), Les industries du contenu face à l’ordre informationnel, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble. 

Mille, M. (2013). Produire de la fiction à la chaîne: Sociologie du travail de fabrication d’un feuilleton télévisé, Thèse de Sociologie, sous la direction de Chavlon-Demersay, S., Soutenue en 2003, Paris, EHESS. 

Noël, S. (2018). « Le petit commerce de l’indépendance », Sociétés contemporaines, no 111, pp. 4570. 

Ouakrat, A. (2015). « Du rythme d’usage du smartphone aux rythmes de vie : les normes temporelles informelles des pratiques d’une population étudiante », Questions de communication, 27(1), pp. 301-321 

Pronovost, G. (2017 [1993]). Loisir et société: traité de sociologie empirique, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec. 

Pronovost, G. (1998). « 4. Loisir et travail », in De Coster, M., Traité de sociologie du travail, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, pp. 95-114. 

Pronovost, G. (2015). Que faisons-nous de notre temps ?: Vingt-quatre heures dans la vie des Québécois. Comparaisons internationales, Québec, Presses Universitaires du Québec. 

Rosa, H. (2010). Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte. 

Schafer, V. (2018). Temps et temporalités du Web, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre. 

Sepulchre, S. (dir.) (2011). Décoder les séries télévisées, Bruxelles, De Boeck. 

Singly, D. (2000). Libres ensemble, l’individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan Université. 

Viala, A. (1993). « Qu’est-ce qu’un classique ? » in Littératures classiques, Paris, Klincksieck. 

Virilio, P. (2009). Le futurisme de l’instant : stop-eject, Paris, Galilée. 

Journée d’étude 2019

11 avril 2019, Maison de la Recherche de Paris 3

4 rue des Irlandais, 75005.

Chaque année, le Réseau des Jeunes Chercheur.e.s du LabEx ICCA, organise une journée d’étude qui se veut être un espace d’échange et de collaboration entre les doctorant.es et post-doctorant.es du Labex ICCA et de ses laboratoires partenaires, mais également à tout.e jeune chercheur.e travaillant sur les pratiques et les marchés de la culture, de l’art et du numérique.
Cette troisième édition propose un espace de discussion et de réflexion autour, cette fois-ci, des notions de reconnaissance, notoriété et consécration au sein des secteurs artistiques et culturels. Son objectif est de permettre aux jeunes chercheur.e.s de se retrouver et de questionner un sujet transversal, tant au niveau des disciplines et des méthodologies dans lesquelles ils et elles s’inscrivent, que des secteurs et des objets étudiés

9h-9h30
Accueil des participants

9h30 Introduction
Yearim Castel y Barragan (doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV)


9h45 Conférence inaugurale
« “Faire le nom” : un enjeu de légitimité et de consécration artistique »
Delphine Naudier (sociologue, directrice de recherche au CNRS, CRESPPA)


10h45 Première session
“Professions cachées” : nouvelles revendications, nouvelles possibilités ? Discutant : Simon Renoir (docteur en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13, LabSIC)

Anna Tible (doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13, LabSIC)
“Métier de femme(s), métier de l’ombre ? Les documentalistes audiovisuel.le.s et la télévision publique, de 1952 à aujourd’hui”
Lisa Herpe (doctorante en études cinématographiques, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV)
“Le métier de monteur : l’industrie des séries comme instance de tremplin professionnel”


11h45 Pause


12h Deuxième Session
Prescription et élaboration de la notoriété dans le monde du livre
Discutant : Kevin Le Bruchec (doctorant en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13, LabSIC)

Emmanuelle Guittet (docteure en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, associée au CERLIS)
“De la prescription à la recommandation littéraire : quelle légitimité des intermédiaires et des publics à produire la valeur des œuvres ?”
Louis Wiart (titulaire d’une chaire en communication, Université Libre de Bruxelles, ReSIC)
“Le « personal branding » des écrivains sur les réseaux sociaux. Gestion de l’identité et de la notoriété en ligne”


13h Déjeuner


14h30 Troisième Session
(Re)construction de l’identité à l’oeuvre dans le processus d’exposition
Discutante : Cécile Martin (docteure en arts et médias, chercheuse BnF/CNRS, LLL)

Anne Bessette (docteure en sociologie, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, associée au CERLIS)
« Des innovations que le monde de l’art ne peut accepter »
Garance Poupon-Joyeux (doctorante en arts plastiques, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ACTE)
“L’homonymie et le renom d’après l’exposition « Groupe Nominal »”


15h30 Pause


15h45 Quatrième Session
Entre marginalité et périphérie : quel accès à la reconnaissance ?
Discutante : Salomé Hédin (doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 2 Panthéon-Assas, CARISM)

Iñaki Ponce Nazabal (doctorant en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13, LabSIC)
“L’absence d’instances de consécration comme opportunité et limite d’un champ éditorial : le cas du roman-photo d’auteur”
Zoé Haller (doctorante en sociologie, Université de Rouen Normandie, Dysolab)
“Accéder à la reconnaissance : quelles opportunités, hors Paris, pour les artistes plasticiens ?”


17h Conclusion

Yearim Castel y Barragan (doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV)
Simon Renoir (docteur en sciences de l’information et de la communication, Université Paris 13, LabSIC)


17h30 Cocktail

AAP résidence d’écriture 2019

Appel à participation pour la Résidence d’écriture du RJC du LabEx ICCA 

Date de la résidence : 27-29 mai 2019 

Date limite de candidature : 31 janvier 2019

Le réseau des jeunes chercheur.e.s du LabEx ICCA lance pour la deuxième année une résidence d’écriture de trois jours à destination des jeunes chercheur.e.s. L’objectif du séjour est d’offrir un cadre calme et propice à la rédaction d’article, de bénéficier de relectures par les pairs et de produire une version la plus aboutie possible dans le temps imparti. 

Cette résidence a pour objectif de valoriser et faciliter la collaboration des jeunes chercheur.e.s dans la production de leurs recherches et la rédaction d’articles scientifiques. Dans un contexte particulièrement ouvert à l’interdisciplinarité et aux partenariats entre les pays, les universités, les laboratoires et les chercheur.e.s, le RJC souhaite mettre en place un cadre favorable à l’échange et au partage des compétences dans la production scientifique de ses jeunes chercheur.e.s. 

Cette résidence est destinée à tout jeune chercheur.e désirant concrétiser un projet d’article seul ou en binôme et travaillant sur les axes de recherche du LabEx ICCA : 

• les industries culturelles à l’ère du numérique (prospective et analyse des mutations induites par le numérique dans ces secteurs, stratégies d’acteurs, modèles économiques, créateurs, usages) 

• la convergence des contenus (analyse des pratiques d’exploitation multi-supports et de l’évolution des processus de conception des contenus) 

• le développement de nouvelles formes de production et de circulation des contenus sur le Web

• la régulation des industries créatives et de l’internet (analyse des dispositifs et besoins de régulation ; aspects juridiques et économiques; évaluation) 

Les journées seront organisées autour de la rédaction des articles. Chaque auteur sera ensuite invité en fin de journée à échanger avec un ou plusieurs autres auteurs sur l’état d’avancement de ses travaux, ses difficultés et ses questionnements, méthodologiques, scientifiques ou rédactionnels. Cette phase collaborative permettra un retour critique des pairs ainsi qu’une réflexion commune sur les travaux de chacun. Pour permettre la bonne conduite de la résidence, l’ensemble des auteurs s’engage à être présent durant les 3 jours.

Les participants devront postuler en présentant un abstract d’article. L’abstract devra correspondre à un texte d’environ 5000 signes (hors bibliographie) et détailler la question de recherche, la méthodologie et son état d’avancement. Il devra démontrer de la faisabilité et de la qualité du terrain qui devra être achevé en amont de la résidence. 

Les abstracts accompagnés d’une brève biographie des auteurs doivent être envoyés à l’adresse rjc.labexicca@gmail.com avant le 31 janvier. Les participants seront notifiés de leur acceptation avant le 28 février. Pour toutes questions complémentaires sur l’organisation de cette résidence, n’hésitez pas à contacter cette même adresse. Les frais du séjour sont à la charge des organisateurs, comprenant l’hébergement et les repas. Les transports sont à la charge des participants. 

Comité scientifique :

Séverine Barthes, MCF au Département de Médiation culturelle, Université Paris 3 

Gérôme Guibert, MCF à l’Institut de la communication et des médias, Université Paris 3 

Kira Kitsopanidou, Professeure au Département de Cinéma et audiovisuel, Université Paris 3 

Bertrand Legendre, Professeur à l’UFR des Sciences de la communication, Université Paris 13, 

Bruno Péquignot, Professeur émérite des universités de sociologie, Université Paris 3 

Comité d’organisation :

Elise Chièze-Wattinne, Doctorante en Sociologie, Université Paris 3 

Marion Ferrandery, Doctorante en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 3 

Sejeong Hanh, Doctorante en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 3 

Quentin Mazel, Doctorant en Études cinématographiques et audiovisuelles, Université Paris 3 

Dates :

31 janvier : Fermeture de l’appel à participation 

28 février : Réponse du comité scientifique 

27-29 mai 2019 : Résidence 

AAC journée d’étude 2019

 

“Reconnaissance, notoriété et consécration dans les secteurs artistiques et culturels”

Paris, 11 avril 2019

 

Dans la continuité des deux premières journées d’études du Réseau des Jeunes Chercheur.e.s du LabEx ICCA, cette troisième édition propose un espace de discussion et de réflexion autour, cette fois-ci, des notions de reconnaissance, notoriété et consécration elles-mêmes au cœur de l’organisation du réseau. Son objectif est de permettre aux jeunes chercheur.e.s de se retrouver et de questionner un sujet transversal, tant au niveau des disciplines et des méthodologies dans lesquelles ils s’inscrivent, que des secteurs étudiés.

Argumentaire

Les secteurs culturels et artistiques sont des univers extrêmement compétitifs dans lesquels l’évaluation des individus et de leurs productions repose sur des conventions plus ou moins consensuelles. Depuis les années 1980, un ensemble de facteurs – accroissement du nombre d’œuvres et des populations d’artistes (Menger, 2009), montées des intérêts et des logiques économiques, amplification du star-system (Benhamou, 2004) – semble transformer au moins partiellement les voies d’accès à la reconnaissance, à la notoriété et à la consécration dans les secteurs culturels (Lizé, 2015). La “reconnaissance” apparaît alors comme le premier degré de distinction, permettant l’affirmation d’une identité de créateur.rice, avant d’accéder à la “notoriété”, c’est-à-dire au fait d’être connu.e du plus grand nombre. A contrario, “consacrer” provient du lexique religieux (Denis, 2010) et suppose le passage à travers différentes instances. Se pose donc la question des processus de reconnaissance, de notoriété et de consécration (Dozo, Ellena et Saint-Amand, 2016) qui correspondent tout autant à différentes étapes qu’à différents enjeux dans l’évolution des trajectoires ou des “carrières” (Becker, 2008) des artistes et des œuvres. Quels sont les différents mécanismes et processus qui amènent tel.le ou tel.le artiste, telle ou telle œuvre à accéder à la reconnaissance et à la notoriété ? De quelles façons les différents mécanismes et processus d’accès à la reconnaissance et à la notoriété ont-ils évolué, en particulier dans un moment où les technologies numériques et le capitalisme médiatique semblent renforcer, entre autres, l’importance de l’économie de l’attention (Citton, 2004) ?

  1. Les instances de notoriété et de consécration en question

Selon une distinction classique dans les champs de production culturelle (Bourdieu,1992), la culture d’avant-garde se différencie de la culture grand public notamment par ses instances de légitimation. Dans un moment de recomposition de la prescription (Chapelain et Ducas, 2018) il semble aujourd’hui nécessaire de questionner les mécanismes de reconnaissance critique de la prescription, que celle-ci provienne des amateur.e.s ou des professionnel.le.s. Quels critères sont pris en considération par les intermédiaires culturels (critiques, jurys, agents, disquaires, etc.) dans l’évaluation d’une œuvre et la consécration de l’artiste ? Pour comprendre ces différents processus, une analyse du rôle de ces derniers semble cruciale (Lize, Naudier et Sofio, 2014). De plus, si la question des prix et autres types de classements est connue aujourd’hui (Ducas, 2013), l’importance prise par d’autres instances de consécration comme les académies et les festivals (Sapiro, 2016) doit être interrogée.

Il paraît également pertinent de se demander quels sont les points de rencontre entre la consécration critique et la reconnaissance publique. Les industries culturelles semblent ménager des espaces de négociation entre ces deux instances, pour déterminer la reconnaissance et la notoriété à donner à une œuvre. De même, les travaux récents autour de la notion d’indépendance (Noel et Pinto, 2018) montrent l’intrication des différentes instances de consécration, notamment autour des diverses formes de labellisation. Porteur économiquement, ce phénomène peut être illustré par le développement de l’Indiewood aux États-Unis, (King, 2009) qui associe un cinéma indépendant et des logiques commerciales traditionnellement déployées pour les blockbusters.

Les propositions pourront porter sur différents questionnements tels : quels types de dialogues apparaissent entre ces différentes instances de légitimation ? Comment ces interactions évoluent-elles selon le contexte et les nouvelles voies de communication ? Dans quelle mesure les nouvelles formes de recommandation (site internet, blog, forum, algorithmes prescriptifs) modèlent-elles la relation entre les différentes instances et viennent-elles renouveler les formes de prescription traditionnelles ? Ces modulations de relations entre légitimité critique et reconnaissance publique redéfinissent-elles les notions mêmes de notoriété et de consécration ?

  1. Le métier et la profession : la question de la reconnaissance professionnelle

Une des manières de comprendre ces questions de reconnaissance est de l’aborder sous l’angle de la formation et de la formalisation d’univers professionnels spécifiques (diplôme, profession, statut, etc.). La question des “droits d’entrée” (Mauger, 2006), plus ou moins importants selon les univers culturels et artistiques, est fondamentale pour comprendre l’investissement dans ces carrières. Ces questions relatives à la professionnalisation sont particulièrement sensibles dans un moment de précarisation généralisée (Menger, 2009) où certain.e.s artistes ont recours à la pluri-activité, ce qui a un impact sur la construction de leur identité, tant au niveau individuel que d’un point de vue institutionnel (Sapiro et Rabot, 2017).

De plus, avec le développement de l’écosystème socio-économique du web, de nouvelles activités créatives ont émergé. Influenceur.euse.s, blogueur.euse.s et youtubeur.euse.s ont ainsi fait leur apparition au sein d’espaces où le nombre de vues est un des facteurs de notoriété et de rentabilité (Louessard, 2018), ce qui pose la question des stratégies de mise en visibilité (partenariats avec des marques, monétisation de l’intimité, etc.). Enfin, les problématiques liées à la reconnaissance professionnelle amènent à se pencher sur la manière dont est investi le “métier” de créateur.rice, notamment lorsque la consécration ne vient pas (Sinigaglia, 2017). Se pose ainsi la question des écarts en matière de légitimité (Naudier et Rollet, 2007), d’autant plus lorsque les discriminations de genre, de classe et de race interviennent.

Ainsi dans les univers culturels et artistiques, il existe un continuum de postures et de positions : du créateur.rice autoproclamé.e aux stars, en passant par l’artiste soutenu.e et reconnu.e par l’État. On peut donc se demander notamment quel est l’impact de la formation des artistes sur leurs carrières ? Quel est le rôle de l’État dans ces différents processus de reconnaissance, notamment professionnelle ? Par quels biais se reconfigurent aujourd’hui les distinctions entre amateur.e.s etprofessionnel.le.s dans les secteurs artistiques et culturels ?

 

Modalités de proposition :

Les propositions devront s’inscrire dans l’un des deux axes, et interroger les problématiques qui y sont décrites, et ce au sein des industries culturelles et créatives : édition, musique, cinéma, mais également média, design, jeux, etc. Le comité scientifique sera attentif à l’approche empirique des projets de communications proposés.

Les propositions de communication sont attendues au plus tard pour le 21 janvier 2019et devront être de la forme suivante :

  • noms, prénoms et courriels du ou des auteur.e.s/intervenant.e.s,
  • le titrede la communication,
  • le texte de la proposition entre 3000 et 5000 signes, espace compris,
  • une bibliographie,
  • une courte notice biographique.

Merci de nous faire parvenir deux versions, l’une au format .doc, l’autre au format .pdf, à l’adresse suivante : rjc.labexicca@gmail.com

Les résultats seront communiqués à partir du 15 février2019.

 

Informations pratiques :

La journée se déroulera le 11 avril 2019 à Paris, à la Maison de la Recherche de Paris 3, située au 5 rue des Irlandais, 75005.

Le financement des transports et/ou de l’hébergement (dans la limite d’une nuitée) pour les intervenant.e.s non francilien.ne.s pourra être envisagé.

 

Comité scientifique et d’organisation:

Salomé Hédin – doctorante, Université Panthéon Assas – Paris 2 (CARISM).

Kévin Le Bruchec – doctorant – Université Paris 13 (LabSIC).

Cécile Martin – docteure, chargée de recherche à la BnF / Université Paris 8 (Paragraphe).

Camille Périssé – doctorante, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (IRCAV).

Simon Renoir – doctorant, Université Paris 13 (LabSIC).

Yearime Castel – doctorante, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle (IRCAV).

 

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

BECKER Howard, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, (1988), 2010.

BENHAMOU Françoise, L’économie du star-system, Paris, Odile Jacob, 2002.

DOZO Björn-Olav, ELLENA Laurence et SAINT-AMAND Denis, « De l’émergence à la canonisation. Instances et supports du cursus honorum artistique et littéraire », COnTEXTES, n°17, 2016, [En ligne].

BOURDIEU Pierre, Les règles de l’art, Paris, Éditions du Seuil, (1992), 1998.

CHAPELAIN Brigitte, DUCAS Sylvie (dir.), Prescription culturelle. Avatars et médiamorphoses, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2018.

CHASSAIN Adrien, « Roland Barthes : « Les pratiques et les valeurs de l’amateur », Fabula-LhT, n° 15, octobre 2015, [En ligne].

CITTON Yves, L’économie de l’attention, Paris, La Découverte, 2014.

DENIS Benoît, « La consécration », COnTEXTES, n°7, 2010, [En ligne].

DUCAS Sylvie, La littérature à quel prix ?, Paris, La Découverte, 2013.

HUMEAU Pierig et LIZE Wenceslas, « La contribution des publics à la production de la valeur cultuelle », Regards Sociologiques, n°49, 2016, pp. 5-9.

KING Geoff, Indiewood, USA…where Hollywood meets independent cinema, Londres, New York : I.B. Tauris, 2009.

LEVI-STRAUSS Claude (éd.), L’identité, Paris, Grasset, 1977.

LIZE Wenceslas, « Présentation : trajectoires de consécration et transformations des champs artistiques », Sociologie et sociétés, n° 47, 2015, p. 5-16.

LIZE Wenceslas, NAUDIER Delphine, SOFIO Séverine (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques, Paris, Archives contemporaines, 2014.

LOUESSARD Bastien, Scène de la vie culturelle. YouTube, une communauté de créateurs, Paris, Presses des Mines, 2018.

NAUDIER Delphine, ROLLET Brigitte (dir.), Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, 2007.

NAUDIER Delphine, « Les écrivaines et leurs arrangements avec les assignations sexuées », Sociétés contemporaines, 2010, n° 78, p. 39-63.

NOEL Sophie et PINTO Aurélie, « Indé vs Mainstream. L’indépendance dans les secteurs de production culturelle », Sociétés contemporaines, 2018, n° 111, p. 5-17.

MAUGER Gérard (Dir.), Droits d’entrée. Modalités et condition d’accès aux univers artistiques, Paris, Éditions de la Maison de Sciences de l’Homme, 2006.

MENGER Pierre-Michel, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Points, (1999), 2009.

MORIN Edgar, Les stars, Paris, Éditions du Seuil, (1957), 2015.

SAPIRO Gisèle, RABOT Cécile (dir.), Professions, Écrivains ?, Paris, CNRS Édition, 2017.

SAPIRO Gisèle, « The metamorphosis of modes of consecration in the literary field: Academies, literary prizes, festivals », Poetics, Volume 59, 2016, pp. 5-19.

SINIGAGLIA Jérémy, « La consécration qui ne vient pas », Biens symboliques / Symbolic Goods, n° 1, 2017, [En ligne].

THELY Nicolas,Vu la webcam (essai sur la web-intimité), Les Presses du Réel, Dijon, 2002.

 

 

JE 2018 « Collaboration, coopération, participation dans les secteurs culturels »

Dans la continuité de la première journée d’étude du Réseau des Jeunes Chercheur.e.s du LabEx ICCA, cette deuxième édition propose un espace de discussion et de réflexion autour, cette fois-ci, des notions de collaboration, coopération et de participation dans les secteurs culturels, elles-mêmes au cœur de l’organisation du réseau. Son objectif est de permettre aux jeunes chercheur.e.s de se retrouver et de questionner un sujet transversal, tant au niveau des disciplines et des méthodologies dans lesquelles ils s’inscrivent, que les secteurs étudiés, et de poursuivre les collaborations entre jeunes chercheur.e.s.
La journée se déroulera le 11 avril 2018 à Paris (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Salle Athéna) à partir de 9h.

Après une introduction de Marion Ferrandery (Doctorante en sciences de l’information et de la communication, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CEISME) et Kira Kitsopanidou (Professeure, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Département Cinéma et Audiovisuel, IRCAV), Pierre-Michel Menger (Professeur au Collège de France, Chaire de Sociologie du Travail Créateur) proposera une conférence inaugurale sur le processus de création vu par la sociologie. La journée sera ensuite ponctuée de nombreuses communications et échanges.

Le programme complet est à retrouver ici.

Retrouvez ici l’appel à communications complet.

AAC Résidence d’écriture collaborative

Le réseau des jeunes chercheur.e.s du LabEx ICCA lance pour la première année une résidence d’écriture collaborative de trois jours à destination des jeunes chercheur.e.s du 22 au 24 mai.

L’objectif du séjour est d’offrir un cadre calme et propice à la coopération entre auteurs pour rédiger ensemble leur article et produire la version la plus aboutie possible au cours du séjour.

Cette résidence a pour objectif de valoriser et faciliter la collaboration des jeunes chercheur.e.s dans la production de leurs recherches  et la rédaction d’articles scientifiques. Dans un contexte particulièrement ouvert à l’interdisciplinarité et aux partenariats entre les pays, les universités, les laboratoires et les chercheur.e.s, le RJC souhaite mettre en place un cadre favorable à l’échange et au partage des compétences dans la production scientifique de ses jeunes chercheur.e.s..

Les propositions sont attendues avant le 31 décembre 2017.

L’appel en entier : ici 

Nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d’information.

AAC Journée d’étude 2018

Dans la continuité de la première journée d’étude du Réseau des Jeunes Chercheur.e.s du LabEx ICCA, cette deuxième édition propose un espace de discussion et de réflexion autour, cette fois-ci, des notions de participation, de coopération et de collaboration, elles-mêmes au cœur de l’organisation du réseau. Son objectif est de permettre aux jeunes chercheur.e.s de se retrouver et de questionner un sujet transversal, tant au niveau des disciplines et des méthodologies dans lesquelles ils s’inscrivent, que les secteurs étudiés, et de poursuivre les collaborations entre jeunes chercheur.e.s.

 

La journée se déroulera le 11 avril 2018 à Paris (Maison de la Recherche Salle Athéna).

Retrouvez ici l’appel complet;
Et ici le programme de la journée.

AAC Séminaire recherche

Comme l’année dernière, nous organisons des séminaires recherche ayant pour objectif de permettre à un.e jeune chercheur.e de présenter ses travaux devant le chercheur.e de son choix (communication de 20 min, 40-60 min de discussion).

Pour plus d’infos sur les séminaires de l’année dernière vous pouvez consulter cette page, ou télécharger notre rapport annuel 2016-2017.

En pratique, nous essayons de trouver deux doctorant.e.s dont les thématiques, secteurs ou méthodologie sont proches et étant intéressé.e.s par le même discutant. Pour participer, soit seul.e (et nous chercherons quelqu’un pour passer avec vous) soit à deux (si vous avez déjà un binôme en tête), il suffit de nous indiquer le mois auquel vous aimeriez passer et nous nous chargeons d’inviter le chercheur.e de vos rêves et de l’ensemble de l’organisation.

Pour nous contacter: rjc.labexicca@gmail.com

Carnet du réseau des jeunes chercheur·e·s du labex ICCA

Le Réseau des Jeunes Chercheur.e.s du LabEx ICCA est destiné aux doctorants et post-doctorants travaillant sur les industries culturelles et la création artistique. Il a pour but de soutenir et de valoriser les travaux de recherche de ses membres. Il s’articule autour d’objectifs communs : la rencontre et l’entraide entre les jeunes chercheurs. Le carnet a pour objectif de valoriser les événements organisés par le réseau et de mettre en valeur les travaux développés à ces occasions.

Le rapport d’activité 2016-2017 : ici